« Hardcore » raconté par Jaco d’Odezenne

Le 24 avril dernier, Jaco, Alix et Mattia ont offert à leur public la chanson « Hardcore », accompagnée d’un clip très original réunissant plus de 5 000 rushes vidéos envoyés par les fans du groupe. Jaco, l’un des deux chanteurs du groupe, nous en dit un peu plus sur le morceau.

Interview : Dorian Lacour
Couverture : Visuel du single « Hardcore » d’Odezenne, réalisé par Édouard Nardon.

iHH™ : Avec « Hardcore » vous faites votre retour tant attendu depuis l’EP « Pouchkine » (2019). Il arrive dans un contexte particulier, c’est le confinement qui vous a donné l’idée du morceau ?

Non ! Le morceau a été enregistré en août dernier parce qu’on avait un peu de temps entre deux Visuel du single « Hardcore » d’Odezenne, réalisé par Édouard Nardon. concerts. Il était prévu qu’on le sorte dans ces eaux-là, donc on a demandé aux gens confinés de nous envoyer ce qu’ils voyaient par leur fenêtre. Le morceau ne s’arrête pas au confinement, il a été fait avant et c’est de bonne guerre de l’admettre, on va pas inventer un truc et dire qu’on a pensé à ça pendant le confinement.

iHH™ : Michaël Renassia a eu l’idée de ce clip, comment a-t-il pensé à ça ?

On travaillait avec lui sur un projet, et il a eu cette idée de se dire « tiens je me dis que ce serait cool d’avoir la vue de la fenêtre des gens ». C’est tombé à ce moment là, donc on s’est lancé. On a trouvé ce morceau et on s’est dit que ça collait avec l’idée (de Michaël). Donc on reçoit plus de 5 000 rushes, on donne ça à Romain Winkler et c’est à lui de rendre ça vivant et poétique. C’est Michaël qui faisait les dessins types 90’s dans le clip « Bleu Fuchsia », depuis il fait partie du crew. Depuis le début on a toujours les mêmes personnes et on en rajoute d’autres qui agrandissent le crew. C’est toujours une histoire d’équipe.

iHH™ : Votre communauté a été très réactive, plus de 5 000 rushes c’est énorme ! Vous vous y attendiez ?

Non pas du tout, et même au-delà de ça si tu prends en compte toutes les plateformes, on a entre 150 et 200 000 écoutes ou vues, c’est des scores exceptionnels ! On ne s’y attend jamais. Comme quand on fait des concerts, des tournées, on ne s’attend jamais au complet, et pourtant ça l’est toujours. Dans notre artisanat on est très chanceux, les gens ont l’air d’aimer. Pour les rushes, on avait une boite mail spéciale, au bout de 2-3h elle a sauté ! (rires) On est toujours les premiers surpris. Notre meilleure radio c’est le public, depuis 15 ans maintenant.

iHH™ : Vous êtes fiers du rendu ?

Super fiers parce que tu vois les fenêtres de tout le monde, de partout, à la campagne, à la mer, dans les HLM. T’as des noirs, des blancs, des chinois, des arabes, des vieux, des jeunes, des gens à l’hôpital, c’est un vrai melting pot. Quand tu vois ça tu es heureux, tu te dis que notre public c’est ça, pas un truc cloisonné, c’est vraiment cool. C’est la définition de la musique, ça parle à tout le monde.

iHH™ : Parle-moi du visuel du single, d’où vous est venue l’idée ?

Édouard Nardon comme d’habitude, on prend les mêmes et on avance. Le côté pulpeux de cette bouche représente un morceau qui n’est pas juste de l’amour, c’est de l’amitié aussi. Mais derrière il y a une voiture accidentée en feu, c’est un peu une dichotomie, ça amène des impressions. C’est très inspiré de l’impressionnisme.

iHH™ : Vous dites « bon dieu ça fait du bruit l’silence, mon dieu ça prend d’la place l’absence ». Vous avez des personnes particulières en tête au moment d’écrire ces lignes ?

C’est moi qui l’ai écrit, et je pense un peu à tout le monde, à mes expériences. Quand l’absence ça prend de le place, et que le silence fait du bruit, elle est pas mal cette phrase hein ? (rires)

Odezenne 2020 ©Edouard Nardon & Clement Pascal

iHH™ : Le titre est-il une référence au morceau « Hardcore » d’Ideal J ?

Non pas du tout. Moi tu sais je suis né à Vitry-sur-Seine, plus jeunes on croisait souvent Alix (Kery James, ndlr.). Chez moi c’est un ultra-classique « Le combat continue », et « Hardcore » évidement. Ce n’est pas un hommage non, mais Ideal J est une grande référence pour nous bien sûr.

iHH™ : Après l’EP « Pouchkine », avec Hardcore vous revenez à plus classique au niveau de la composition. C’est une volonté de se simplifier ?

Ça s’est fait naturellement en fait, comme à chaque fois il y a deux textes qui se rencontrent, on trouve une mélodie et c’est parti…

iHH™ : C’est facile pour vous maintenant d’écrire ?

Ouais c’est assez facile, ça l’a toujours été. Mais pour faire un morceau comme ça tu en fais 200 pourris. Ça nous prend toujours du temps, des nuits et des nuits et des nuits. Comme on a bientôt 40 ans ça commence à devenir plus compliqué ! (rires)

iHH™ : Vous avez un Zénith de Paris prévu pour le 17 octobre 2020. Est-il maintenu compte tenu des circonstances ?

Oui il est maintenu, mais on va s’en occuper en temps voulu, pour l’instant on est plus dans l’écriture. Depuis le début on sollicite notre public, avec « Odezenne à la demande par exemple » (une tournée originale dans laquelle le public bookait Odezenne directement, nldr.). On a toujours eu ce truc d’être proches avec le public, et ils nous le rendent bien !

iHH™ : Alors, ce single annonce-t-il un nouvel album ?

On attend, on travaille, c’est pour se faire plaisir principalement, si ça amène quelque chose alors on pourra y penser, mais rien n’est fixé encore. En ce moment on est au studio, on travaille chacun de notre côté, un peu ensembles aussi, on cherche à créer les merveilles.