Cover de l'album "La chuch" de Ferza

Avec son premier projet “La chuch” sorti le 12 octobre, le rappeur bordelais Ferza veut faire parler de lui. Entre prod° trap et mélodies autotunées, il fait étalage de tout son talent dans une mixtape efficace. Son amour pour la scène l’a poussé à mettre en place une captation live à la Rock School Barbey, disponible ce soir à 19h sur sa chaine YouTube. À cette occasion, iHH™ MAGAZiNE s’est entretenu avec Ferza et Fabien Durand, son producteur et co-fondateur du label TooFamous. 

Interview : Dorian Lacour

iHH™ : Salut les gars. Ferza ton premier projet solo “La chuch” est sorti le 12 octobre dernier. Comment tu te sens ? 

Ferza : Ça va très bien. J’ai eu des bons retours, je le sens bien en vrai. L’idée c’était de faire un premier vrai projet. Avant je n’en avais jamais fait. On voulait toucher un peu plus que la région bordelaise. Je pense qu’on est sur la bonne voie. 

iHH™ : Le projet est sorti sur le label TooFamous. Est-ce-que vous pouvez m’expliquer comment votre relation s’est mise en place ?

Fabien Durand : En fait, Tony, un de mes deux associés, venait de Bordeaux. Je lui ai dit de me faire écouter ce qui se faisait là-bas. Il y a un rappeur qui a retenu mon attention, c’était Ferza. Je me suis dit “il est bon ce petit y a un truc à faire avec lui !” et coïncidence Ferza et Tony sont tous les deux issus du quartier du Grand Parc. On s’est rencontrés autour d’un café, on a discuté, on est tombés d’accord et depuis on travaille ensemble. 

iHH™ : Vous voulez passer à l’étape supérieure avec cette mixtape ?

Ferza : Oui bien sûr, comme je te disais on voulait faire du bruit avec ce projet. 

Fabien Durand : On voulait augmenter sa notoriété. C’est un artiste en développement. On a signé en distribution avec Addictive Music et ils m’ont dit qu’il y avait déjà une belle communauté, une grosse attente toute proportion gardée, à l’échelle locale. L’idée c’était vraiment de l’emmener plus loin.

iHH™ : Je voulais parler des producteurs sur le projet. C’est des pointures, de Argo Da Hitmaker à Rekoba. C’était important d’avoir un casting aussi pointu à la prod° ?

Fabien Durand : Alors en tant que producteur je suis intervenu sur le choix des beatmakers. Notamment Argo Da Hitmaker qui est un ami et qui a placé pour des gros noms du rap français. En plus au moment où on enregistrait la mixtape, le morceau qu’il a produit pour Leto, Ninho et Zed [“Double binks” – NDLR] est sorti. L’idée c’était aussi de mettre une saine pression à Ferza.

Ferza : S’entourer de ces beatmakers c’est très important. Ça nous apporte un peu plus de visibilité parce que les gens qui écoutent du rap les connaissent. Omerta c’est un petit jeune de chez moi, j’aime bien bosser avec lui, j’étais obligé de le mettre sur ce projet. Avec Rekoba c’est pareil, on s’entend très bien. De toute manière j’aime beaucoup le travail des beatmakers sur le projet, ils ont vraiment fait le taff. 

Fabien Durand : Rekoba qui a fait du bruit en produisant sur le projet de ALP a fait tous les mix du projet, il s’est vraiment investi. Il y a aussi Davidovitch, un beatmaker très doué de Bordeaux. Au final il y avait trois bordelais à la prod° !

iHH™ : En parlant de Bordeaux, on sait que la scène bordelaise n’a jamais réellement réussi à s’imposer à l’échelle nationale. Comment est-ce-que vous expliqueriez ça ?

Fabien Durand : Il y a Sam’s qui a pété quand même, mais plus sur la partie cinématographique remarque. Après c’est vrai que souvent Bordeaux reste une scène secondaire… Par contre il y a beaucoup de beatmakers de talent ici. Noxious est partout, Rekoba est en train de produire pour beaucoup beaucoup de monde, il y a du talent vraiment.

Ferza : Je pense que si ça ne bouge pas c’est aussi parce qu’ici c’est chacun pour son secteur. C’est pas comme à Marseille, on se donne pas trop de force. Les gens se disent “pourquoi lui et pourquoi pas moi ?” plutôt que de pousser le truc pour tout le monde… 

Ferza lors de la captation live de “La chuch” à la Rock School Barbey de Bordeaux, par @viensjteshoot

iHH™ : Mais on sent que quelque chose se passe à Bordeaux, aussi au niveau des rappeurs. Est-ce-qu’une nouvelle génération peut faire bouger les choses ?

Ferza : Oui les choses peuvent bouger, ça commence déjà, on voit des connexions. C’est très important pour moi de dire que je viens d’ici, de représenter ma ville. C’est pour ça que je n’ai invité que des rappeurs que je connais et qui viennent de Bordeaux.

iHH™ : Justement, parlons des featurings. Ils sont quatre sur le projet, Dyas sur le morceau “Mauvaises fréquentations” et Pakito, Benesao et IT sur l’outro du projet. Comment avez-vous pensé à eux ?

Fabien Durand : Dyas c’est un peu l’acolyte de Ferza, ils étaient ensemble dans le groupe MG Money puis il se sont dissociés mais ils sont encore en très bon terme comme en témoigne ce morceau. Après il y a un feat qui cartonne c’est l’Outro avec Benesao, Pakito et IT qui sont de Bordeaux et qui sont en train de faire parler d’eux. 

Ferza : En fait j’ai commencé le rap en groupe. On était quatre, mais on était jeunes. Après on s’est mis à deux avec Dyas parce que les autres avaient d’autres projets. C’était obligé que Dyas soit sur la mixtape, c’est le premier morceau qui a été enregistré. Ça fait depuis l’âge de 14 ans qu’on se suit, même si on est plus ensemble dans un groupe on est toujours amis. C’était évident. C’est important que Pakito, Benesao et IT soient là aussi. On vient de quartiers qui s’entendent bien, donc il faut se faire gratter, donner un peu de force. C’est des gars avec qui j’ai un bon délire, ça me parait logique qu’ils soient sur le projet.

Fabien Durand : Après j’avoue j’ai fait le gars vieux jeu, j’ai dis à Ferza que c’était sa carte de visite et qu’il devait se présenter. L’idéal c’est qu’il soit au maximum en solo ou sinon avec des proches. Mais pour tout te dire le prochain single sera un featuring. 

Ferza par @viensjteshoot

iHH™ : COVID-19 oblige, vous ne pouvez pas mettre en place une tournée pour défendre “La chuch”. Vous avez donc choisi de proposer au public une captation live de plusieurs morceaux du projet, enregistrée à la Rock School Barbey. Comment est-ce-que vous avez pensé à ça ?

Ferza : Déjà on fait un effort sur le visuel, sur les clips et tout. C’est mieux, les gens kiffent et me disent que ça a l’air plus pro, plus carré. Dans le live je fais plusieurs morceaux de la mixtape mais aussi des inédits. J’adore faire de la scène, le COVID ça fait chier mais c’est comme ça… Pour la captation c’est Fab qui a eu l’idée et ça m’a tout de suite parlé. 

Fabien Durand : Au départ on voulait organiser un Ferza Tour parce qu’il est très bon sur scène. Il a fait pas mal de premières parties à Bordeaux, Niska, Fianso, Niro… On a commencé à rencontrer des gens pour mettre tout ça en place mais bon après tout le monde sait ce qu’il s’est passé. COVID, confinement et tout ça. C’était trop compliqué à mettre en place, alors je me suis dit “pourquoi pas faire ça en huis clos ?” On en a parlé et Ferza a validé l’idée, alors on l’a fait. Il y a sept titres, dont les featurings, et deux inédits donc. L’idée c’est de pouvoir donner aux gens ce qu’ils n’auront pas l’occasion de voir en vrai pour l’instant. 

iHH™ : C’est quoi la suite pour vous ? 

Fabien Durand : Défendre le projet Ferza jusqu’au bout déjà, et puis sortir un ou deux singles pour occuper le terrain. On va passer sur Generations avec DJ Roc-J, on a été avec Pascal Cefran sur Mouv’, on a eu un article dans Sud-Ouest, on a été partagés par Zoxea, LIM, Mister You, Dry… La suite c’est peut-être un troisième clip, et un single rapidement derrière. Ferza va être sur un gros projet collectif aussi. Avec TooFamous on veut vraiment développer la scène à Bordeaux, on compte beaucoup sur Ferza pour ça.

Ferza : Je vais continuer à faire un peu de tout, jusqu’à ce que je trouve la bonne recette. On essaye de toujours faire mieux, petit à petit on fait notre truc. Les gens écoutent, mes morceaux commencent à tourner, ça fait plaisir. Je vais essayer de sortir deux ou trois singles encore. On va pousser le projet.


Vous pourrez retrouver la captation live de “La chuch” à la Rock School Barbey sur le YouTube de Ferza !

Sinon, la mixtape “La chuch” de Ferza est disponible juste ici :