nepal1

Vague d’émotion à l’annonce du décès de Népal

Texte : Sébastien Muzi
Photo de couverture : instagram @nepal75e

Pilier de la 75ème Session, co-pilote du projet 2FingZ avec Doums, personnage mystérieux du rap parisien, toujours encapuchonné ou grimé, le rappeur Népal est décédé le samedi 9 novembre à Paris, à l’aube de ses 25 ans. 

La triste nouvelle a provoqué une vague d’émotion et d’hommages de la part des nombreux collaborateurs de Népal. Rapidement dans sa musique, le rappeur multi-casquettes a su instaurer une ambiance dont lui seul avait le secret, à mi-chemin entre déambulations nocturnes, errances entre Paris et Tokyo et flashs de lumières dans la jungle urbaine. C’est par le biais de plusieurs pseudonymes, comme KLM ou Grandmaster Splinter, que l’artiste officiait tantôt comme auteur, beatmaker, vidéaste et graphiste.

Après plusieurs projets très réussis comme 444 Nuits (2016) et sa suite 445ème Nuit (2017), Népal avait annoncé un dernier EP: « KKSHISENSE 8 » (2018) avant l’album. Pour faire patienter son audience, le rappeur avait offert une compilation sobrement appelée « 2016-2018 » en août dernier avant de se lancer dans l’écriture de ce fameux premier album très attendu.

Le mercredi 20 novembre, le communiqué paru sur les réseaux sociaux annonçant le décès du rappeur précise également que l’album « Adios Bahamas » est terminé et qu’il sortira, accompagné de clips, en janvier 2020, afin de respecter le souhait de Népal. C’est donc avec une grande amertume que l’on attendra de découvrir ce projet tristement rendu posthume.

Népal, avec tout ce qu’il avait bâti autour de lui, dénotait réellement dans le paysage rap français. Chaque post, chaque morceau, clip, photo était un événement tant il maîtrisait sa communication sur les réseaux et son site web. Le jeune rappeur avait réussi à imposer un style inédit, une patte « Népal » qui se reconnaissait instantanément, même lors d’un featuring, et cela sans que l’on ne puisse jamais voir son visage.

De nombreux morceaux issus de ses projets pourraient servir de clin d’oeil à l’artiste, mais le mieux reste encore de revenir à la fondamentale avec ce freestyle rendu mythique « John Doe ø 1 » sorti en septembre 2011 sur la chaîne YouTube du collectif 75ème Session.

Toute l’équipe d’iHH Magazine pense à lui et à ses proches. Repose en paix Népal.