625548762

Graindsable : “20 ans d’âge”

“Guess who’s back ? Ah ouais c’est vrai tu me connais aps”. C’est par cette cinglante punchline anti-egotripée que s’ouvre réellement le premier album solo de Graindsable, “Bug De La Matrice”, après une intro en forme de banger déclarée il y a quelques mois déjà : “CVPLP (C’est Vraiment Pas La Peine)”.
Il faut dire que ceux qui suivent le rap sous-terrain et indépendant ou qui traînaient leurs Reebok Classics dans les open mics  et les clash contests de l’hexagone le connaissent déjà bien : il est de ces rappeurs dont on n’oublie ni le grain de voix ni le grain de folie quand on les a vus officier en live. Mais le MC tout terrain n’a pourtant jamais eu encore la reconnaissance qui lui revient, lui qui confie ironiquement livrer aujourd’hui son dixième album solo, les neuf précédents n’étant hélas jamais sortis.

En effet, comme le rappelle le clip – filmé en marge du Demi Festival de Demi Portion, et dans lequel on reconnait la crème du rap indépendant en français – qui accompagne la sortie de ce solide album, le rap de Graindsable est certifié “20 ans d’âge”. 20 piges à rapper partout où le vent le portait, d’abord en meute avec la pléthorique équipe Touareg Records, avant de se retirer quelques temps, sirènes du charbon oblige. 20 piges à patienter, pour ceux qui savent sa dextérité et ses rimes assassines, afin de  l’entendre enfin aux commandes d’un long format. 20 piges à traverser les genres sans rien perdre de son style : nerveux, incisif, chirurgical. Un parcours qui transpire à chaque piste d’une “mixtape” qui n’en a que le nom  – obligation légale parce qu’on y trouve pas mal de faces B cainris – et qui fait office à la fois de carte de visite et de testament, ce soldat hip-hop rappant chaque “couplet comme si c’était le premier et le dernier”. Tous les sous-genres du rap sont en effet représentés dans ce “Bug” massif, où l’on trouvera des scratchs et de l’autotune, des voix screwed  et des breakbeats, de la motivation music et du rap conscient. Et si cela semble hétéroclite dit comme ça, c’est compter sans le charisme et la sauvagerie verbale du taulier qui emporte le tout par son impressionnante aptitude à dompter sans forcer toute instru qui se présente, et par sa plume brillante trempée dans le sang de ses propres tripes.

Graindsable est un vétéran, certes, un représentant de “l’ancienne nouvelle école”, un rappeur de rue, de RER, de squares, de halls, de freestyles ; tout l’inverse donc d’un rappeur de chambre estampillé Soundcloud, mais il ne rage pas contre le prétendu dévoiement actuel du rap, lui qui dit préférer “de la bonne trap à du mauvais boom-bap”. Ce n’est donc pas par hasard si les featurings, très QLF, partagent avec lui cet amour du kickage et se sont comme lui, en vrais compétiteurs, frottés aux renouvellements esthétiques d’une musique qui déteste le conservatisme : Jeff Le Nerf, Kool Shen qui livre là un de ses meilleurs couplets depuis longtemps, Wira, Dino

Un tour des quelques extraits clippés de ce projet, dont on espère qu’il lui offrira enfin la visibilité qu’il mérite salement, devrait vous convaincre de la versatilité et de l’efficacité du lascar.
Graindsable : un parmi des milliards, mais unique, et qui peut foutre un sacré bordel dans la machine s’il parvient à s’y  glisser.

Pour pécho le projet, sorti en totale indépendance, rendez-vous sur le site : graindsable.fr
Interview XXL dans le prochain numéro à sortir début 2018.

 

 

Manu (Black Mirror)