Cover de l'album "Mugeland" de Muge Knight

Le 23 octobre dernier, le taulier du rap marseillais Muge Knight a dévoilé son album “Mugeland”. Un projet maitrisé, politique mais pas trop, toujours avec une bonne dose de second degré et d’egotrip. Le Muge s’est entretenu avec iHH™ MAGAZiNE, l’occasion pour lui de nous faire découvrir son Marseille, sa vie, sa musique. 

Interview : Dorian Lacour

iHH™ : Salut Muge. Comment tu te sens quelques mois après la sortie de ton dernier projet “Mugeland” ? 

Je suis super content des retours, j’ai eu essentiellement de très bons retours. Je pense que les gens ont aimé le projet, quand t’es artiste tu fais des trucs qui te plaisent mais tu ne sais jamais si ça va plaire à tout le monde. Le point négatif c’est que “Mugeland” est sorti en pleine crise sanitaire, avec les FNAC fermées, pas de concerts… J’aime bien défendre mes trucs sur le terrain, et là les tournées ont été reportées au moins au printemps 2021. Je travaille avec Otaké, ils sont tourneurs, et dans ce contexte, on n’a pas de dates précises, tout est reporté, c’est très flou. Pour l’instant, je fais des clips, je suis actif sur les réseaux, on s’adapte. Mais je suis très heureux des retours concernant l’album, je ne m’attendais pas à de si bonnes critiques.

iHH™ : Tu es un taulier de la scène marseillaise et en ce moment tout le monde ne parle que de Marseille. Comment est-ce-que tu perçois la nouvelle hype marseillaise ? Cette nouvelle génération aux dents (très) longues ? 

Écoute, franchement, j’ai connu le premier “âge d’or” marseillais, mais j’étais à part. On était avec Al Iman Staff, l’école Prodige Namor. On a toujours été bien avec tout le monde, mais un peu à part. Ensuite j’ai connu l’époque du déclin du rap marseillais, il y a eu beaucoup de chanteurs de R&B, c’est devenu de la soupe. Moi, j’ai continué à faire du vrai rap pendant ces années de vache maigre. Le fait que la hype soit revenue ces derniers temps, c’est génial, parce que la lumière qu’on met sur certains artistes baigne toute la ville et j’arrive à récupérer quelques rayons de soleil. Des journalistes viennent, on s’intéresse à ce qui se fait à Marseille, et donc forcément, à un moment, tu peux tomber sur moi. “13 Organisé” illustre bien ça : Jul a rassemblé les artistes qu’il voulait sur son projet. Il s’est fait un kif avec cette compil’. Même si on ne pratique pas vraiment la même musique, il y a de très bons morceaux dessus. 

iHH™ : Comme tu l’as dit, tu es toujours resté à part, tu n’as jamais souhaité pleinement intégrer cette scène marseillaise. C’est une volonté de ta part ?

En quelque sorte, parce que j’aurais pu. Je suis allé à l’école avec les anciens, je connais tout le monde. Mais je suis à part, par rapport à d’où je viens, à qui je suis, à ma culture. Je viens d’un quartier historiquement occupé par les italiens et les corses. On a une culture différente de la culture “cité”, on est dans le centre-ville de Marseille. Après, je fais du rap depuis 1996, j’ai rappé avec tout le monde.

iHH™ : Justement, le fait que tu viennes d’Endoume joue là-dedans. “Mugeland”, c’est en quelque sorte une métaphore de ton quartier, je me trompe ? 

C’est complètement ça, c’est mon Marseille à moi. Il y a beaucoup de gens qui se reconnaissent là-dedans parce que tous les mecs ont leur “Mugeland”. C’est leur monde à eux, chacun a son Marseille. Chaque quartier a sa façon de parler, ses expressions, ça forme une petite ville dans la ville. En fait, mon projet ne va pas renfermer l’auditeur sur Endoume, c’est plus un clin d’œil qu’une métaphore. Les mecs du Panier peuvent se reconnaitre dans “Mugeland“, ce sont des vieux quartiers avec des familles d’origine italienne ou corse. Tout le monde peut se reconnaître, il y a beaucoup de rebeus, des sénégalais, des gitans… Ça ne s’arrête pas à un délire communautaire, tout le monde s’unit autour d’une culture marseillaise. Tout le monde peut s’y reconnaitre, même quelqu’un de Paris ou de Rennes. J’ai toujours écouté beaucoup de rap US, j’écoutais du rap marseillais, bien sûr, mais j’ai toujours été fan de rap parisien. Je vivais pas dans le 18e mais j’écoutais Assassin, je vivais pas à La Fourche (75018) mais j’écoutais La Cliqua. La musique te permet de découvrir une autre façon de vivre, dans laquelle tu peux te retrouver. 

iHH™ : Parlons de “Mugeland”, et commençons par le début. C’est quoi l’idée avec cette intro qui ressemble un peu, à mon sens, à un cliché du vieux Marseille ? 

C’est pas vraiment un cliché, c’est un Marseille qui existe. Là où tu as peut-être raison, c’est que c’est un Marseille en voie de disparition. La ville change, ça se gentrifie. Il y a beaucoup de bobos qui s’installent : la façon de vivre, les accents se perdent. C’est un peu comme à Paris où avant il y avait des titis parisiens, et maintenant il y en a moins. Ce que je trouve cliché, moi, ce sont les mecs qui montrent des kalashs et Notre-Dame de la Garde. En fait, je ne dis pas une seule fois “Marseille” dans mon projet, mais je parle de la ville et de comment elle disparait. Maintenant, attention : je ne veux pas passer pour un nostalgique. Je vis très bien mon époque : j’organise des soirées, des apéros hip-hop avec des dégustations, et dans ma clientèle, il y a beaucoup de bobos. Ça ne pose aucun problème. 

iHH™ : L’idée se poursuit avec “Mugeland” avec DJ Djel, et notamment ce clip lunaire. Ce qui est drôle, c’est que tu fais passer des messages dans ce morceau, mais sans jamais te prendre au sérieux. Le second degré, c’est important dans ta musique ? 

Le morceau est produit par Just Music Beats, DJ Djel a posé les scratches dessus. Pour ce qui est du clip, je vis réellement comme ça, c’est mon univers. Ce n’est pas orchestré, c’est réel. J’essaye d’aller dans des endroits où il y a gens comme ça, avec de vraies gueules. C’est très important le second degré. J’utilise ça pour faire passer des messages. J’ai toujours un côté conscient, des petits sursauts politiques, mais je n’ai pas envie de me prendre la tête et je ne veux surtout pas prendre la tête aux gens. Je suis épicurien, c’est un peu ça Marseille, on peut s’énerver et on en peut rigoler juste après.

iHH™ : Tu convies Swift Guad sur “Muge Daddy”. Lui vient de Montreuil (93100) mais il a un peu un rôle similaire au tien sur sa scène locale. Comment la connexion s’est-elle faite entre vous ?

C’est exactement ça. Figure toi qu’avec Swift Guad, on est tous les deux fonctionnaires. On a plein de points communs, on a une passion commune pour l’apéro, la bonne vie, le foot. En fait, ce mec-là, je l’ai rencontré quand j’étais première partie sur deux de ses dates. C’est une vraie rencontre, ce n’est pas un “faux feat”. On a fait ce morceau pour le plaisir, on s’est revus et on l’a clippé. C’est délire parce que c’est un vrai parisien mais il se fond super bien dans l’album. C’est un mec qui pourrait être de “Mugeland” aussi. C’était bien de l’avoir sur l’album, je ne suis pas dans un délire communautaire marseillais, c’est important les connexions. J’écoute des artistes de partout, alors pourquoi me cloisonner ?

iHH™ : Parle-moi du morceau “Crise de la quarantaine”. C’était quoi l’idée ? 

C’est un peu une réalité. Le morceau était un peu sombre, j’avais reçu cette prod° de Corrado, une sorte de banger à la Pusha T. On était en période de confinement, un peu ronchons, et je me suis dit : “putain, je me tape une crise !” Ce morceau a été déclencheur de la sortie de l’album. En fait, j’ai un pote qui m’a proposé de faire un clip et je me suis dit que c’était ce morceau qu’il fallait clipper. Ça aurait pas du être le premier clip à la base, je l’ai choisi parce que c’était le confinement et que ça collait bien. C’est comme ça que Otaké m’a contacté et m’a proposé de faire un projet. J’avais quelques morceaux de prêts mais ça m’a mis un boost, alors qu’à la base c’était vraiment pour le délire. J’ai fait les mixes, les masterings. En plus, comme on était confinés, je n’avais rien d’autre à foutre dans ma vie. Normalement, je suis tout le temps dehors, mes projets n’avancent pas vite !

iHH™ : Justement, dans ce titre tu dis : “j’arrive à un âge où j’ai plus l’temps, j’me dis j’pose un couplet pour le plaisir de temps en temps, puis je retombe dans ce piège”. C’est ça pour toi le rap, une drogue ? 

C’est exactement ça. Je vais faire un morceau pour le plaisir et puis je vais en faire  3-4 autres… Après je pars sur un projet et comme j’aime faire les choses bien, je clippe et tout. Ensuite je me dis qu’il va falloir faire la promo, et d’un coup, avec ma vie de mec de 40 ans, je me retrouve débordé. Quand j’avais 20 ans et que je faisais du rap, je n’avais rien d’autre à faire. Là, j’ai un enfant, une femme, d’autres trucs à faire… Du coup je marronne, mais au final, je le fais parce que ça me plait. C’est vraiment un truc de fou la musique. 

iHH™ : Tes textes sont bourrés d’egotrip, mais pour autant, j’ai l’impression que devenir millionnaire ne fait réellement pas partie de tes objectifs. Je fais erreur ? 

Je n’ai jamais fait ça pour l’argent. Je ne suis pas de cette génération du “star system”. Attention, il y a des mecs de ma génération qui font de l’argent, mais moi, je n’ai jamais fait du rap pour ça. J’ai envie de sortir un album, je le sors. Je n’ai pas envie de faire un concert, je ne le fais pas. Quand tu génères beaucoup d’argent, tu as une pression, tu n’es plus dans le plaisir. J’ai vu tellement de gens qui ont fait de l’argent mais qui aujourd’hui n’en ont plus, d’autres qui sont venus pour en faire mais qui sont repartis quand ils ont vu qu’il n’y en avait pas. Je pense que ce n’est pas dans le rap que tu peux faire de l’argent. Si tu en veux, sois avocat, dentiste ou même footballeur. Après c’est bien d’être exposé, que les gens écoutent ta musique, ça fait plaisir. Si tu peux vivre du rap c’est très bien, c’est respectable, mais moi ce n’est pas trop ma vie. J’aime bien être chez moi, faire mes projets, partir en promo sur quelques mois et ensuite retrouver ma vie normale. C’est là où je kiffe le plus ma musique.

iHH™ : Le morceau “Driver” a aussi retenu mon attention, sur cette instru complètement folle et terriblement disco d’Amevicious. L’idée, avec cette prod°, c’était quoi ? 

En fait, Amevicious est un mec que je connais des soirées, c’est un bon pote. Il fait de l’electro et moi du rap, mais on s’est dit qu’on allait faire un morceau ensemble. Loin de moi l’idée de vouloir me comparer à DJ Mehdi, mais je suis fan de ce rap-electro. J’ai toujours été aimé les morceaux du 113 avec Mehdi, ou les Daft Punk. Il y avait aussi Akhenaton qui avait fait “Electro Cypher“. C’était voulu d’avoir un morceau très electro dans la sonorité, mais le BPM reste hip-hop. Les artistes electro ont une façon différente de travailler leurs prod°, ce n’est pas dans les codes du rap, c’est différent et très cool. D’ailleurs, on a fait un clip super sombre à la Abel Ferrara, histoire de surprendre les gens, qu’ils te suivent dans un délire.

iHH™ : Tu parles beaucoup de politique, notamment locale, et j’ai vu que ton grand-père avait été maire d’Endoume. En vrai, tu n’as jamais pensé à faire de la politique ?

Je suis né dans un monde politique. Bien sûr que j’y ai pensé, je connais tout le monde ici, dans mon quartier et dans la ville. Après, la politique je la connais, donc je connais ses revers, et j’en ai vu surtout les mauvais côtés. Je suis très méfiant par rapport à la politique. Ça peut m’arriver de parler de politique nationale, mais je suis plutôt du genre à ne parler que de ce que je connais, de ce qui me concerne au quotidien.

Muge Knight et l’acteur Bob Assolen sur le tournage du clip de “Mugeland”

iHH™ : Ah ! Donc “votez Mc Muge”, c’était juste de l’egotrip ? 

Tu sais, Endoume, c’est le 7e arrondissement, Belsunce c’est le 1er. Du coup,il y a plein de mecs qui nous ont dit à Bouga et moi que si on se présentait, on pourrait être dangereux. Mais oui, c’est de l’egotrip, et c’est même caricatural parce que dans “Votez Mc Muge” on dit : “votez pour nous, on est des escrocs et on assume.”

iHH™ : Comment est-ce-qu’on fait, quand ça fait plus de 20 ans qu’on est dans le rap, pour ne pas avoir un regard aigri sur les nouvelles générations ? 

Justement, la recette magique, c’est que je fais ça pour me faire plaisir. Je ne suis pas dans une course à la célébrité, je suis dans mon délire, dans mon univers. Je n’essaye pas de faire des trucs qui marchent, je fais des trucs qui me plaisent. À aucun moment, je me mets en concurrence. Je pense que les mecs aigris, à la base, se placent en concurrence avec les autres, dans une logique de game quoi. Moi, je me considère “hors game”. Quand je vois “13 Organisé” disque d’or et de platine, je suis content pour eux, tant mieux ! Moi, je ne fais pas de la musique pour être platine. C’est comme le McDo, c’est la grosse industrie, tout le monde aime mais c’est de la merde. Ma musique, c’est plutôt un restaurant de quartier où il y a 4-5 tables avec des produits locaux : on cuisine, on prend le temps. Par contre, il y a un truc magique dans la musique, c’est que tu ne sais jamais à quoi t’attendre. Avec deux bouts de ficelle, tu fais un tube. J’ai vu des mecs disparus de la circulation qui ont fait un morceau inattendu. Je te donne l’exemple de Faf Larage : ce mec n’a jamais eu de gros succès. IAM a explosé, la FF a explosé, Psy4 a explosé, mais pas Faf Larage, tout est passé à côté de lui. Puis un jour, il a fait le générique français de la série “Prison Break” et il a fait des chiffres hallucinants. À tout moment, même si tu n’es pas dans une logique de chiffres, tu peux exploser. D’un autre côté, ce n’est pas parce que tu es dans une logique de tubes que tu vas les faire.

iHH™ : L’album se termine avec “Musique Vorace” dans lequel tu réunis tes collègues de Al Iman Staff. C’était indispensable de te retrouver avec eux ?

En fait, je suis en solo sur ce projet et depuis quelques temps, mais on a toujours travaillé ensemble. Sur mes solos, ils m’accompagnent sur scène, on a la même structure au niveau associatif, même pour la prod° exécutive. Maroco et Comodo ont fait un projet qui s’appelle “Khamsa” en 2019 et j’étais dessus. Je suis davantage sur mes projets et eux sur les leurs, mais ça fait des années qu’on bosse ensemble, c’est un peu une famille. Ils sont dans mes clips, dans “Mugeland“. Finir le projet avec “Musique Vorace” rappelle que la famille reste le plus important. Ce n’est pas pour rien que c’est le dernier morceau.

iHH™ : Qu’est-ce-que tu écoutes en ce moment ? 

J’écoute beaucoup de rap US, des trucs actuels mais qui gardent une patte ancienne. J’aime beaucoup la scène underground, des artistes comme ceux du label Griselda, Eto ou Che Noir, et après tu as des artistes phares, comme Pusha T ou Rick Ross même s’il n’a pas fait grand chose dernièrement. J’adore Action Bronson aussi. Après, je peux écouter un peu de trap, A$AP Rocky ou A$AP Ferg, tant qu’il y a un peu de sample, une vibe un peu new-yorkaise. Je ne suis pas très très rap français à la base, mais il y a des artistes que j’aime bien. SCH par exemple, il a un univers différent, une couleur, ça me plait. Le dernier album de Deen Burbigo [“Cercle Vertueux” – NDLR] aussi, je trouve qu’au nouveau de la réal°, il a tenté quelque chose de différent. J’aime bien Freeze Corleone, la sonorité trap un peu sombre, le côté très parisien du truc. À Marseille, il y a des supers artistes, je pense au dernier projet d’Akhenaton avec Just Music Beats [“Astéroïde” – NDLR], ou la mixtape de DJ Djel dont vous avez parlé, qui relate l’histoire du rap marseillais. C’est un projet à écouter, pour les gens qui ne connaissent pas bien le rap marseillais. C’est un dictionnaire musical.

iHH™ : Maintenant, tu attends quoi de la suite ? Quels sont tes objectifs concrètement ? 

Là, je vais te parler de l’avenir proche. Pour l’instant, je tourne d’autres clips du projet, pour continuer ma petite promo tranquille. On n’a pas de gros moyens, de puissance de frappe financière, mais on fait avec ce qu’on a et ça nous satisfait complètement. J’espère pouvoir partir sur scène ensuite, faire découvrir “Mugeland” un peu. Il y a d’autres projets hors rap qui arrivent, je suis très occupé en ce moment. Même si j’en ai pas l’air, je travaille beaucoup ! Pourquoi pas balancer aussi un petit EP surprise, sans me prendre la tête, pour kiffer. 


Vous pouvez écouter l’album “Mugeland” de Muge Knight juste ici :