international-hip-hop-magazine-ihh-prodigy-mobb-deep-mort

Prodigy en 10 morceaux

Les hommes meurent, les légendes restent. Prodigy, moitié du duo Mobb Deep est décédé hier à 42 ans des suites de complications de la drépanocytose, maladie génétique dont il souffrait depuis la naissance. Auteur d’une riche discographie en groupe et en solo, il aura influencé des floppées de rappeurs et réussi a exporter le son de Queensbridge aux quatre coins de la planète. Retour sur quelques titres qui ont marqué une génération.

Avec Mobb Deep

Peer Pressure (1993)

Peer Pressure est le premier single de leur premier album Juvenile Hell, au nom si évocateur. Le titre est produit par DJ Premier. Le clip montre un Prodigy à peine majeur se balader dans les projects et cracher ses rimes accompagné d’une faux. L’ambiance est posée. “Most don’t understand how it is / In the world of today growin up as a young black teen / I used to dream, of bein an architect / Easier said than done, believe me it’s hard to get / Out of the projects, without forgettin where you came from…”

Shook Ones Part. II / Survival of the Fittest / Temperature’s rising (1995)

On aurait pu mettre à peu près toutes les chansons de The Infamous tant l’album est un classique parmi les classiques. Fer de lance du son de Queensbridge qui prend alors le monde en otage et qui fera des émules un peu partout (beaucoup, voir trop en France par exemple), l’album reste à ce jour considéré comme leur plus grand disque. A juste titres.

Hell on Earth (1996)

Titre éponyme de leur troisième album, HoE annonce la couleur : le noir. Le titre déjà, l’instru, les paroles… “Yo, the saga begins, begin war / I draw first, Blood, be the first to set it off / My cause, tap all jaws, lay down laws / We taking what’s yours, we do jooxs, rush the doors…“. Une époque violente pour leur crew et pour le hip hop (1996 voit Tupac et Biggie se faire assassiner l’un et l’autre).

Quiet Storm (1999)

Premier single de Murda Muzik, leur plus grand succès commercial. Le remix avec Lil’Kim vaut le détour.

En solo

Diamond (2000)

En 2000, Prodigy sort son premier album solo, H.N.I.C (Head Nigga In Charge), début d’une série en trois volumes, H.N.I.C part. II sortira en 2008 et HN.I.C part. III en 2012. Dans une ambiance un peu pleus détendue qu’à l’accoutumée et sur une production de Just Blaze, Prodigy plane sur le beat. Et c’est beau.

Keep it Thoro (2000)

Déjà crédité de quelques beats sur Murda Muzik, un jeune producteur de Beverly Hills du nom de the Alchemist collabore de nouveau avec Prodigy sur ce morceau issu également de H.N.I.C. Une boucle de piano samplée de Disco People de Jack Mayborn et un beat syncopé a casser des nuques et voilà Keep it Thoro, fruit d’une collaboration qui s’avèrera fructueuse puisque les deux compères enregistreront deux albums en commun sans compter plusieurs titres et featuring.

Mac 10 Handle (2007)

Issu de “Return of the Mac”, album commun avec the Alchemist, Mac 10 Handle vire au crasse sur une prod minimaliste et funky. La folie d’un Prodigy ivre et défoncé reclu dans son appart’, qui fini quand même par poignarder son fauteuil ! “I sit alone in my dirty-ass room staring at candles, high on drugs/All alone with my hand on my Mac 10 handle, scheming on you niggas.”. Folie dure.

Dough Pildin’ (2013)

En 2013 sort le très recommandable Albert Einstein, deuxième album commun avec The Alchemist. Le clippé Dough Pildin’ nous embarque dans son univers nocturne enfumé porté par une mélodie envoutante.