DSC_0473

La Cité Musicale : le hip-hop à l’honneur

Texte et photos : Maude JNVX

Ah, Metz ! Ville à l’histoire complexe et passionnante du Grand Est. Metz, sa cathédrale, son centre Pompidou, sa gare élue plus belle de France, ses ruines gallo romaines, ses bâtiments en pierre de Jaumont… Je m’égare. Si on a décidé de vous parler de Metz, ce n’est pas pour vous en faire un guide touristique mais pour vous parler de sa Cité Musicale qui met régulièrement le hip-hop à l’honneur. On vous explique tout.

Projet précurseur en France sur ce modèle, la Cité musicale rassemble les trois salles de spectacle de Metz (Arsenal, BAM et Trinitaires) ainsi que l’Orchestre national de Metz. Cet ambitieux projet n’a qu’un seul dessein : « croiser toutes les esthétiques musicales et les disciplines, en faveur du public et des amoureux de la musique ». Dans les faits, les programmations des trois salles composant la Cité Musicale s’entrecroisent et se complètent, offrant un large panel de projets musicaux, éducatifs et artistiques.

En 2014, sa plus récente salle ouvre ses portes, la Boite à Musiques, dédiée aux Musiques Actuelles. Avec son architecture singulière, la BAM vient s’inscrire dans un projet de réhabilitation et de restructuration du quartier de Borny en périphérie de la ville. Sa salle de concert s’agrémente de 4 studios de répétition équipés, ouverts à tous les musiciens, permettant aux groupes locaux de répéter et de se préparer à leurs futures (on leur souhaite) carrières de rock star.

En parallèle et en plein centre-ville de Metz, Les Trinitaires permettent de découvrir de nombreux groupes (du rap au metal en passant par des soirées électro) dans le cadre unique d’un ancien monastère carmélite et de sa chapelle, lieu des festivités. Maison historique des musiques alternatives à Metz, les Trinitaires ont accueilli de nombreuses soirées mémorables comme « Time Bomb and Friends » à l’occasion de la East Block Party 3, festival hip hop de Metz en 2012, ou encore Chali 2Na des Jurassic 5 pendant le festival Freeeeze en 2017 (malheureusement feu festival de l’association Boumchaka qui dynamisa la vie culturelle locale pendant plusieurs années) ou encore la rappeuse Little Simz peu de temps avant qu’elle ne remplisse des chapiteaux complets à Dour. Et je ne vous parle que du rap, les Trinitaires ayant été un haut lieu de la culture punk dans les années 90 et le théâtre de nombreuses soirées électro et musique alternative cette dernière décennie avec notamment l’association Musiques Volantes ayant fait vibrer la chapelle de ses sonorités hors normes pendant 23 ans.

Depuis sa rentrée musicale en septembre, la Bam et les Trinitaires ont accueilli de nombreux artistes hiphop, du plus populaire au plus indé. Kacem Wapalek, Swift Guad, Guizmo et Kikesa (entre autres) pour le festival Zikametz en septembre, 13 Block, Lorenzo, Kiddy Smile, Lonepsi et Jazzy Bazz en octobre, Sniper en novembre et SCH en décembre. La programmation 2019 s’annonce elle aussi prometteuse avec Kikesa (toujours), Kekra, Gringe, Maes, Disiz, Flynt… pour ne citer qu’eux.

On vous laisse avec ces images des derniers concerts que nous avons eu la chance de couvrir à la Cité Musicale !
Kikesa, Lorenzo, Jazzy Bazz et SCH vous attendent en images, sans oublier l’interview de Jazzy Bazz faite à cette occasion arrive dans le prochain numéro de iHH™ Magazine !

Pour en savoir plus sur la programmation de la Cité musicale c’est par ici.

Ce diaporama nécessite JavaScript.